Roumanie : le quartier de Drumul Taberei à Bucarest, ou l’utopie brisée

0
61

Il était une fois des barres de béton où il faisait bon vivre. Dans les années 1950, le régime communiste roumain avait besoin de loger les classes laborieuses. Il engagea de jeunes architectes pour construire Drumul Taberei, un quartier « idéal » en banlieue de Bucarest. 70 ans plus tard, l’utopie moderniste est envahie par la poussière et les voitures, mais les souvenirs des quatre générations qui se sont succédés entre ses murs peuvent encore se raconter.

Par Michael Bird et Vlad Odobescu « Le cinéma Favorit a fermé il y a 20 ans. Toutes les portes ont été cassées et les sans-abris sont allés se réfugier à l’intérieur. Pour se réchauffer, ils faisaient des feux. Ils ont pris les sièges. Un jour, le bâtiment a été fermé avec des barres de métal, mais cela aussi a été volé. On a formé un groupe en 2010. Garder Favorit comme cinéma par nostalgie n’a pas de sens. Favorit doit être imaginé de nouveau. Nous avons présenté un projet de centre culturel auprès de la mairie. Nous organiserons des projections, du théâtre, de la danse, des ateliers pour les enfants et les personnes âgées et une librairie. On espère (…)

 

 

Comentarii

Comentarii

Lasă un răspuns